Misfat élargit ses champs de compétence !

Misfat élargit ses champs de compétence !

Le fabricant de filtres automobiles Misfat était à Solutrans, le salon dédié aux poids lourds, afin de rappeler au marché ses gammes dans ce secteur. Mais pas seulement ! Le directeur général adjoint du Groupe, Mohamed Guermazi, a accepté de nous en dire plus.

«Misfat affiche une véritable croissance qui se traduit par des demandes supérieures à nos capacités de production, capacités que nous avons dû élargir » commente Mohamed Guermazi « grâce à une politique d’investissements réguliers ». Un constat que reprend d’ailleurs Laurent Habierre, directeur commercial France – DROM TOM, peu après : « Notre activité VL est au plus haut et nous nous tournons vers d’autres secteurs, bien que nous sachions qu’il faut continuer à nous améliorer. Cependant en PL, nous sommes peut-être partis un peu plus tard que nos concurrents, et nos efforts sont donc plus importants dans ce domaine. Nous commençons avec 1000 références en poids lourds et 150 en filtration. Même si nous partons de loin, nous avançons très rapidement, parce que notre Président sait investir en capacités industrielles, comme en témoigne notre nouvelle usine ! De voir que la direction investisse autant dans les outils de production et la recherche et développement pour que nous soyons collés au marché, nous pousse à « assurer ». Pour les équipes de production aussi, nous nous devons de réussir la commercialisation et c’est pourquoi, là aussi, nous avons investi sur un stand important à Solutrans ». 

Néanmoins, la situation mondiale ne porte pas à sourire. En plus de la crise sanitaire et de différentes crises économiques, il faut compter avec la raréfaction des matières premières et l’augmentation drastique des tarifs des produits comme des services. Mohamed Guermazi nous en livre un échantillon : « Nous faisons face actuellement à une augmentation inédite et continue des prix des matières premières à commencer par l’acier – la plus importante – et aussi les médias filtrants, les colles, le PVC les plastiques, en général et même le magnésium ! Comme tout continue d’augmenter et, comme je le disais, surtout l’acier qui nous pose problème, nous sommes contraints de chercher de nouvelles sources d’approvisionnement, mais nous voyons bien que tout le monde souffre des mêmes problèmes. Nos services achats sont sur le pont en permanence et obtiennent de bons résultats. La contrepartie de tout ceci prend des chemins étonnants. Ainsi, nous avons des clients et des non-clients qui nous contactent pour obtenir des références qu’ils ne trouvent plus chez nos confrères. Bien que nous nous en réjouissions, parce que cela va dans notre intérêt, d’un autre côté cela conduit à des sur-demandes qu’il est toujours plus difficile à gérer, compte tenu des manques de matières premières. Par ailleurs, certains constructeurs automobiles ne comprennent pas forcément la nécessité que nous avons d’augmenter un peu nos tarifs ! 

Anticiper, un véritable atout pour le Groupe Misfat

Toute crise entraîne de profondes mutations et génère, pour certains, l’opportunité de réfléchir à des diversifications au sein même de l’activité historique. Pour le Groupe Misfat (marques Misfat, Mecafilter, Lautrette, Lucas), habitué à anticiper, la période a boosté encore plus le désir de se préparer aux futurs de l’automobile comme nous le décrit Mohamed Guermazi : « Nous nous sommes lancés dans la conception et la fabrication des filtres spéciaux – hydrauliques, multicouches, à dessèchement d’air…- en fait tout ce qui sort des filtres standard des véhicules légers. Nous nous tournons vers les filtres pour d’autres applications, afin de sécuriser notre activité face à l’éventuel risque du véhicule électrique, entraînant la mort à terme des véhicules thermiques. Nous sommes déjà à l’exécution des prochains développements en ce sens. Notre renforcement sur le poids lourd qui explique le stand important que nous avons ici sur Solutrans – nous avions une présence timide jusque là – témoigne de notre souci de nous développer sur les autres secteurs, comme ici pour le poids lourd, le bus, les engins, le TP etc. » 

Le respect des marques propres 

« Nous surveillons de très près l’indicateur du ratio marques propres et MDD. Nous sommes à 55 % en propre et faisons attention à ne pas laisser se dégrader ce pourcentage parce qu’il serait trop dangereux de disparaître derrière les marques d’autrui. Les clients peuvent changer de fournisseurs et dans ce cas, le problème est beaucoup trop important quand les marques autres prévalent sur les nôtres. Ce qui n’exclut pas le fait de vendre à de grands réseaux comme Motrio et Eurorepar, cela sous-tend de toujours faire plus avec les nôtres ! » 

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.