Le moteur en échange standard en toute liberté

Le moteur en échange standard en toute liberté

Effectuer le remplacement d’un moteur en échange standard exige, ne serait-ce que par son coût, quelques précautions d’usage et préconisations techniques. Mais l’opportunité vaut le coup. Descriptif.

Prendre en charge un moteur en échange standard doit générer une bonne rentabilité, celle-ci est assurée par deux règles essentielles, partir d’un produit de qualité (ne pas acheter n’importe quoi et à n’importe qui, qui plus est sans garantie) et veiller à respecter toutes les étapes d’un montage rigoureux. Cela commence par vérifier que le produit reçu correspond à la bonne référence, puis, comme pour les notices de montage des meubles, commencer par lire les instructions de montage avant toute intervention.

D’abord régler le problème !

Afin d’éviter d’avoir des endommagements à notre produit  neuf, il est important de remédier aux problèmes survenus sur l’élément défectueux  avant le montage. Sinon, la durée de vie sera susceptible d’être réduite.

Par exemple, dans le cas où les pistons sont endommagés, vérifier les réglages de l’allumage, système d’injection (Moteurs Diesel ou Essence),  le collecteur d’admission, le turbo et le système EGR. Vérifier la pression d’huile pour les pompes. Si le véhicule est muni d’un système de refroidissement d’huile, démontez et nettoyez soigneusement cette partie des résidus.

Consignes de base

Bien nettoyer le compartiment de l’ancien moteur (boîte  de vitesses, turbo, système d’injection, collecteurs Admission et Echappement)  cela facilitera l’installation du nouveau moteur dans les conditions les plus favorables. S’assurer que tous les bouchons en plastique, sac, vis, papiers sont enlevés  du moteur avant l’installation.  Respecter les consignes des couples de serrage équipées avec les produits délivrés.

Certaines vis ou écrous ne peuvent être utilisés qu’une seule fois. Il est conseillé de lubrifier légèrement les vis de culasse sur le filetage avant le montage.

Toujours s’assurer que les trous taraudés de fixation culasse sur le bloc-cylindres sont soigneusement nettoyés.

Vérifier les dents du volant moteur

Avant montage du volant sur le moteur contrôler soigneusement s’il y a des dents endommagés sur la couronne ou s’il y a des traces d’usure graves du côté du plan d’appui du disque d’embrayage. Si les trous  taraudés sur le vilebrequin sont  percés,  vous devez utiliser un  joint liquide  sur  le  filet de la vis afin d’éviter les fuites d’huile. Les vis doivent être  serrées aux couples préconisés  à  l’aide d’une clé  dynamométrique.

Monter la distribution avec précaution

Pour les moteurs non équipés par la distribution ou par la pompe injection, exiger des instructions particulières auprès du fournisseur. En cas de mauvais montage ou de détériorations, la garantie ne fonctionne pas. Une attention plus particulière doit être prise au niveau de la distribution par engrenages et plus précisément lors du montage du pignon pompe injection. 

Poulie fragile, attention !

La  poulie  doit  être  montée  avec beaucoup  de soin et l’on doit prendre garde à ne pas  repousser  la  clavette. Les conceptions de poulies modernes utilisent des surfaces de contact, qui ne nécessitent pas des clavettes d’entraînement. Nettoyer soigneusement toutes les pièces.  La vis centrale doit  être  serrée au couple préconisé  à  l’aide d’une clé  dynamométrique, l’utilisation d’un joint liquide est recommandée. Vous devez  contrôler la  portée  du joint à lèvres de la  poulie  reprise  du  vieux moteur, pour  assurer  une  étanchéité correcte. Avant  montage: contrôler  la portée de la poulie sur le vilebrequin au niveau du bout pour vous assurer d’un montage correct. Pour les poulies Damper non installées sur les moteurs livrés, il est recommandé de faire un contrôle de voilage avant le montage afin d’éviter l’endommagement du vilebrequin.

Du côté des systèmes  de   refroidissement :

Utiliser toujours un liquide de refroidissement approprié. Cela évite une  corrosion  prématurée  du  bloc cylindre. Purger le système  de refroidissement en  suivant soigneusement  les  instructions du constructeur.  Testez le  système  de  refroidissement sous  pression. Par ailleurs, installer obligatoirement un nouveau thermostat et une nouvelle pompe à eau.

Faire contrôler le radiateur par  un spécialiste. Le refroidissement  optimal étant primordial. Il faut contrôler le bon fonctionnement du ventilateur, des sondes de température,  du thermostat  et du bouchon du  vase  d’expansion.

Contrôler également  les durites d’eau. En cas d’obligation de remplacement, toujours utiliser des colliers de serrage  neufs  pour  éviter  une  fuite d’eau.

Systèmes  d’alimentation  en  carburant : le bon mélange !

Un  mélange  trop  riche  causera non  seulement  une  trop  grande  consommation de carburant mais  provoquera aussi une usure anormale des cylindres et des segments. Un  mélange  trop  pauvre provoquera  des  surchauffes.

Remplacer périodiquement le  filtre à  air. Un  filtre à  air  non conforme, usé ou  mal monté  laissera passer  de la  poussière  et des impuretés,  ce  qui peut  provoquer une  usure  anormale des segments  et  des coussinets.

Les filtres à carburant doivent être  remplacés à 100%. La  moindre impureté  peut endommager  la  pompe  à  injection ou  les injecteurs.

Pour un moteur à essence, un  filtre bouché provoquera un manque de pression au niveau de l’alimentation,  cela  causera un mélange  plus pauvre et  aura pour  conséquence une  surchauffe qui  risque d’endommager les pistons.

Montage du  collecteur  d’admission et échappement

Avant de monter les collecteurs admission et échappement, débarrasser les corps étrangers qui peuvent être à l’intérieur suite à une panne de l’ancien moteur. La meilleure méthode pour le nettoyage est de frapper légèrement sur le collecteur puis de souffler à l’air comprimé. Nettoyez  le collecteur  d’échappement. L’échappement  ne doit  pas être obturé  cela engendrerait  une perte  de puissance.

Attention : Lors de nettoyage, ne pas détériorer le catalyseur, la sonde Lambda et le système du filtre à particule.

Ne pas négliger le montage du joint

Les vis  et  les écrous  de fixation doivent être  serrés progressivement et  aux couples préconisés pour ne pas endommager  le joint. Un  joint du collecteur admission qui fuit, peut provoquer un appauvrissement du mélange, de ce  fait une  surchauffe du  moteur  et  des dommages aux pistons  et  soupapes. De même, un  joint du collecteur échappement  qui  fuit, peut provoquer du bruit ou une contamination à l’intérieur du véhicule.

Système de gestion d’alimentation, garde à la sonde EGR

Pour les véhicules modernes qui fonctionnent avec un contrôle en boucle fermée, il est conseillé de contrôler le fonctionnement du système de recyclage des gaz d’échappement (EGR), la soupape de régulation du système d’admission, le système de purge canister. Cela est nécessaire pour s’assurer que les valeurs (Stœchiométriques) pour les dernières normes fonctionnent selon les paramètres établis.

Les différentes questions du système d’injection            

Si  le moteur  est  livré  sans  pompe  d’injection, il  est nécessaire  de faire contrôler l’ancienne  pompe  par un  spécialiste. La  pompe  d’injection doit  être  réglée suivant les spécifications du  fabricant.  Vérifier si  le bon  clapet de décharge a été installé (branchement de retour), sinon  les prestations  du  moteur  risquent de ne pas  être  optimales. Un  réglage  trop  riche  ou un temps  d’injection non-correct, peut  amener  un  dégagement  considérable de fumée.  Eviter par  tout moyen  le plus  petit  grain de  poussière dans le  système  d’injection, le piston ou  l’aiguille d’injecteur  pouvant  se bloquer facilement .

Faire contrôler et  régler le système d’injection Essence  par un spécialiste  avant la  mise en route  du moteur. Un  problème de puissance résulte  parfois d’un manque de  carburant. Ceci  peut  être    au  distributeur, à  la pompe  d’alimentation, ou au  débitmètre.

Prendre soin des tuyaux

Bien nettoyer la  tuyauterie d’injection pour éviter les particules de saleté et les gouttelettes d’eau. Après  le raccordement  de la  tuyauterie à  la  pompe  d’injection et  aux injecteurs, purger le circuit. Le serrage  des écrous  de tuyauterie devra se faire  avec l’outil correct  et  aux couples  recommandés. Au  moment  du  montage de la  tuyauterie,  ne  pas  plier  ni  déformer  celle-ci    afin d’éviter des  amorces  de rupture. Le soufflage des tuyauteries sera  exécuté  avec de l’air sec  et  filtré.

Penser au reniflard

La  ventilation utilise en général une conduite épaisse qui mène au  filtre à air et  une  conduite moins  épaisse  qui  relie le moteur au  collecteur d’admission. Nettoyer les durites, les douilles, les filtres et  les  soupapes. Une  obstruction provoquera une surpression  dans  le  carter avec des  fuites d’huile et  une  consommation d’huile pour  conséquence. Ne jamais enlever  des pièces  du système  du  reniflard, vous  risquez  d’endommager le carter.

Systèmes de  lubrification : lire l’étiquette !

Suivre impérativement les directives mentionnées sur les étiquettes en jaune collées sur le couvre soupapes ou sur le filtre à huile du moteur Echange Standard en ce qui concerne le remplacement d’huile ou celui du filtre à huile.

Gestion du moteur : erreurs à éviter

Vérifier d’abord les codes d’erreur possibles. Ils fournissent des informations supplémentaires sur les composants qui ne fonctionnent pas correctement. Puis les traiter. Réinitialiser les codes d’erreur du moteur avant de démarrer le moteur. Voir les instructions du fabricant du véhicule.

Effectuer un  rodage

Roder un moteur rénové consiste à agrandir progressivement la surface d’appui de deux surfaces de contact de glissement. Même si ces surfaces peuvent être traitées avec les moyens modernes de production, il est conseillé d’être prudent au début et quand le moteur est soumis en charge. Le moteur doit tout d’abord atteindre la température de fonctionnement en régime de ralenti et à vide.

Conduire avec un régime variable, et augmenter la charge de temps en temps par courtes pértiodes.

Eviter le régime constant ou un régime de ralenti inutile (jamais plus de 5 minutes consécutives).

Changer la vitesse à temps. Le moteur ne doit pas fonctionner à bas régime et à une charge élevée. Eviter de conduire en particulier à grande vitesse. A haut régime, ne pas utiliser pas le frein moteur.

Mettre en route

Après l’installation du moteur et avant le  démarrage,  contrôler  si le niveau d’huile dans  le carter est  correct, si les écrous et boulons sont correctement serrés à l’aide  d’une clé dynamométrique, si la  courroie est  correctement tendue (Dans le cas où la distribution a été livrée désinstallée). Enfin si l’air a été chassé  du  système de refroidissement, que  le niveau du liquide soit correct et le liquide adapté.

Pour un moteur essence…

Pour contrôler la pression d’huile et le dégagement de l’air dans le circuit de graissage on doit faire tourner le moteur au démarreur en débranchant les fils de bougies d’allumage. Le témoin  de pression  d’huile ne  s’éteint que si le  système  de  lubrification  est  rempli. Dans le cas contraire, remplir  le  filtre à  huile  et le conduit de graissage par l’huile moteur à l’aide d’un bidon ou d’une burette afin de dégager l’air du  système  de lubrification. Puis rebrancher  les fils  de bougies d’allumage et, immédiatement  après le  démarrage, accélérer le  moteur  à  environ 1500  tr/min. Contrôler la  pression d’huile. Remplir  avec le bon type de liquide  de refroidissement et contrôler  la  température  d’eau lors de  la purge  du  circuit. Vérifier les fuites d’eau ou d’huile.

Pour un moteur Diesel…

Si  un  moteur  fonctionne en sous régime ou au ralenti, une  pellicule se développe sur les parois des chemises (particules  métalliques et de charbon, produits chimiques qui peuvent se déposer  à  cause  d’un manque  de contact des segments).  Cette  pellicule remplit  et couvre les rayures (honnage), réduisant considérablement la  capacité de rétention d’huile par le cylindre. Un rodage  correct n’est alors plus  possible. Une charge de travail correct  permet une pression du segment de feu  sur la paroi et évite la formation de cette  pellicule. Eviter de laisser tourner le moteur au ralenti pendant de longues périodes durant le rodage  (inférieures à 5  minutes). Pendant les premiers 750 à 1000 kilomètres, il  est  conseillé d’utiliser 60 à 80% de la  capacité du  moteur.

En guise de conclusion pour l’utilisateur final

Eviter pendant le rodage, des régimes constants, varier les régimes et éviter les  régimes  très  élevés,  surtout sur les premiers rapports (changer les vitesses à temps). Le moteur ne doit pas subir de lourdes  charges à bas régimes et l’utilisation du frein moteur est à éviter. S’assurer que le moteur a atteint sa  température de  fonctionnement, éviter les ralentis non  nécessaires, et ne pas dépasser les cinq minutes  consécutives.   

Rubrique réalisée avec le concours de VEGE France.

Réagir

Your email address will not be published.