Automobile Workshop Services ou la passion d’un entrepreneur !

Automobile Workshop Services ou la passion d’un entrepreneur !

Après des années passées à se forger une expérience dans l’automobile, aussi bien dans la vente de véhicules neufs que dans les services après-vente et pièces détachées, Koceila YACINE s’est jeté à l’eau et a créé son propre atelier il y a un an à peine, un atelier appelé Automobile Workshop Services ou AWS, un nom qui transpire le caractère évolutif et innovant. Histoire inédite. 

Entreprendre naît parfois d’un coup de tête, d’une idée, d’une opportunité. Parfois cette démarche prend ses racines plus loin, dans l’ADN familial, ou comme un aboutissement d’une construction professionnelle et personnelle. Pour Koceila YACINE, il n’y a pas de doute, AWS prend sa source dans ces deux valeurs comme il nous le dit d’emblée : « Deux paramètres ont déterminé ma décision de créer mon propre atelier. Le premier s’inspire sans doute de l’esprit de famille car dans la fratrie tout le monde est entrepreneur, cela doit être dans l’ADN ! Ensuite, même si j’ai apprécié mes différentes fonctions dans l’automobile et le service après-vente pour les constructeurs, je voulais coûte que coûte me lancer seul, créer de la richesse, de l’emploi et travailler pour moi. Ce désir, très fort, s’est traduit par une création unipersonnelle en ce sens que j’ai mis toutes mes économies pour me lancer sans demander quoi que ce soit à d’autres investisseurs et surtout sans faire appel aux aides diverses ou aux dispositifs de l’Etat. C’était mon projet et je voulais le mener de A à Z. Entreprendre c’est prendre toutes ses responsabilités et c’est aussi créer une relation de confiance. C’est pourquoi, mon logo comprend deux clés à fourche entrecroisées pour signifier le rapport de confiance entre l’atelier et le client. La relation client constitue pour moi une vraie clé de la réussite. »

Un indépendant aux standards constructeurs 

« Formé » à l’école de Volkswagen, Koceila YACINE en a retenu les grands principes, ceux qui conditionnent la qualité des prestations, la gestion des compétences et ceux également qui régissent les relations clients et bien sûr le parcours client : « Ma première expérience après-vente, je l’ai vécue chez Volkswagen, je me suis vraiment éclaté dans mon métier et j’ai appris les fondamentaux du métier et le parcours client. J’ai même été certifié « Area Manager » à Wolfsburg, la patrie de Volkswagen » nous confie-t-il avant de commenter : « J’ai fait en sorte de respecter tous les standards constructeurs dans mon atelier comme gage de qualité de l’activité. C’est pourquoi, tout commence par un vrai espace d’accueil avec tout ce qui est nécessaire aux besoins du client, qui peut aussi assister à l’intervention sur son véhicule grâce aux grandes baies vitrées qui donnent sur l’atelier. Les clients apprécient vraiment cette volonté de transparence que nous offrons. Quand l’équipe intervient, le client peut regarder son véhicule, toutes les tâches qui sont effectuées. Il n’y a pas de secret. C’est pourquoi, également, j’ai repris une nouvelle fois les fondamentaux du parcours client, les standards constructeurs renommés. Lorsque le client arrive, il est pris en charge à l’accueil où l’on recueille ses desideratas. On lui pose toutes les questions nécessaires sur le véhicule puis on détermine les tâches à accomplir. Une fois les données entrées, nous proposons un devis ou une facture proforma si le client préfère. Le même scénario se répète lorsqu’on rend le véhicule. On lui remet les papiers et on lui fait une fiche sur les travaux urgents ou non à réaliser plus tard. 48 h plus tard, un questionnaire satisfaction lui est soumis. En fait, tout est encadré de manière à apporter satisfaction au client sans qu’il y ait de doutes ou de reproches à venir. La satisfaction client est l’objectif et tout le process concourt à le réaliser ».

Equipements et ressources humaines à l’unisson

Toujours dans l’optique de privilégier la qualité, Yacine Koceila a recruté son personnel parmi des professionnels reconnus. Le chef d’atelier vient de chez …le constructeur et est habitué aux standards, de même que le mécanicien principal. A eux de former les deux apprentis qui complètent l’équipe avec Koceila YACINE lui-même, bien sûr. Ils disposent de trois postes de travail, trois ponts élévateurs et trois servantes. La presse hydraulique et la presse amortisseurs complètent le tableau. Ne manquent que la géométrie et les démonte pneus qu’ils ne font pas pour l’instant : « Nous essayons de grandir doucement et sûrement » commente Koceila YACINE avant de préciser : « Nous ne faisons pas la rénovation de moteur ou de boîtes mais toutes les autres opérations de mécaniques sont au « catalogue » comme la chaîne de distribution, l’embrayage, la suspension, le freinage, l’injection et toutes les activités d’entretien périodique et les changements de consommables. »

Adhérent à Euro Repar Car Services « pour un œil critique »

Pour quelqu’un d’aussi indépendant, l’adhésion à Eurorepar Car Service pourrait sembler antinomique. En réalité, il n’en est rien, bien au contraire. C’est pour rester indépendant que Koceila YACINE a choisi de porter aussi les couleurs de l’enseigne. Gage de qualité des prestations aux yeux du grand public, la marque Eurorepar Car Service lui permet d’avoir accès à toutes les pièces et pas seulement Peugeot et Citroën : « Ce qui m’a séduit dans le concept, c’est qu’il est multimarque comme l’est aussi AWS et que nous avons accès à toutes les pièces pour toutes les marques de véhicules. Par ailleurs, je ne tenais pas à faire cavalier seul, car étant toujours la tête dans le guidon, on risque de rater des opportunités, ou de commettre des erreurs. Avec Eurorepar, c’est comme si j’avais un œil critique à côté de moi qui me renseigne sur ce qui va ou ne va pas, qui me donne des informations sur le marché, sur des innovations ou de nouvelles pratiques. Je bénéficie également de délais de paiement qu’il aurait été difficile de négocier marque par marque. Grâce à l’ensemble de ces avantages, je suis dans le marché et corrige mes actions si nécessaire. J’ai besoin d’être critiqué dans un sens comme dans l’autre. C’est comme cela qu’on avance ! » Et lorsqu’on lui demande s’il a des velléités de diversification, il tempère : « Je dois d’abord consolider la société et valider toutes les activités que nous faisons déjà. Par la suite, se diversifier nécessitera de nouvelles infrastructures pour le poids lourd par exemple. Dans le temps, on verra, pour l’instant, il s’agit de faire bien ce qu’on a commencé ! »

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.