KYB sort à Dubaï sa nouvelle offre : la gamme des pièces de suspension

KYB sort à Dubaï sa nouvelle offre : la gamme des pièces de suspension

«KYB doit être le seul équipementier en amortisseurs à proposer les pièces de manière globale pour les véhicules européens et asiatiques en même temps, annonce Farid Sihocine, directeur commercial KYB Aftermarket pour l’Afrique du nord et les DOM TOM (entre autres), avant de préciser « nous avons bien des concurrents sur les véhicules japonais mais ils n’ont pas d’offres sur les européens, et inversement, nos concurrents européens ne disposent pas d’une offre aussi importante sur les véhicules asiatiques. Cela nous donne une avance sur le marché ». De là à accroitre la distance en mettant sur le terrain une nouvelle gamme, il n’y avait qu’un pas : « C’est dans l’ordre naturel des choses qu’on puisse disposer de cette gamme dans la famille. Bientôt, d’autres produits rejoindront cette gamme de produits de suspension. Pour les clients, il est évident que cette innovation produits va être bien accueillie d’autant que la réputation de qualité de nos produits précède la sortie de ces pièces (bras de suspension, des bras de direction, des pièces rotatives de rotation etc.) Pour l’instant notre offre ne comprend que les pièces pour VL mais, en préparation, la gamme PL ne saurait tarder ! En effet, la pièce pour PL est d’ordre hydraulique, il n’y a donc aucune raison, qu’on ne la fabrique pas d’autant qu’on en produisait déjà pour des camions japonais. »

Le Skorched 4

Le Skorched 4 a également fait sa sortie sur le salon Automechanika Dubaï et pour cause ! L’amortisseur de réhausse séduit particulièrement les propriétaires de gros 4×4. Celui-ci affiche + 5 cm (un pouce et demi), idéal pour aller dans le désert. En outre, il s’agit d’une offre complète, l’amortisseur avec le ressort, etc. La gamme cible notamment les japonaises et les Rover, entre autres. 

Parallèlement, KYB travaille sur la production d’électricité via ses amortisseurs. Entendez-par-là que l’équipementier met au point la récupération d’énergie : « On transforme l’énergie cinétique en énergie thermique et nous récupérons l’énergie. Il faut savoir que l’amortisseur effectue quelque 1 200 mouvements, et produit ainsi une forte chaleur… Nous sommes déjà en OEM avec ces produits sur quelques modèles » commente Farid Sihocine.

Une situation plus qu’honorable pour le groupe

KYB a réalisé une année fort convenable d’après son président pour l’Afrique et le Moyen-Orient, Jean-Michel Selles, qu’il explique par quelques données : « La période Covid et après Covid profite, malgré les difficultés de livraison, aux grands acteurs. Globalement, les équipes OEM sont plutôt satisfaites et le seraient encore plus s’il n’y avait pas les ruptures d’approvisionnement en matières premières et les augmentations déraisonnables des coûts de transport. On ne nous laisse pas le choix, on doit accepter des augmentations sinon la marchandise reste à quai. Or ces augmentations ne sont pas absorbables par tout le monde. C’est pourquoi, les plus grands équipementiers, comme nous, récupérons des ventes que nous n’avions plus. Nous assistons à une nouvelle redistribution des cartes. Les acteurs de 2e ou 3e rang hésitant à prendre des risques et ne disposant pas des capacités financières pour faire face à ces augmentations brutales. Les grands acteurs traditionnels disposent de capacités de stockage et peuvent traverser cette période – certes, non sans dommage, mais pas non plus en se mettant en danger. KYB n’a pas réduit la voilure et garde ses positions sur l’échiquier mondial ».

Réagir

Your email address will not be published.