Mohamed Talha, directeur gérant et agent du réseau Peugeot-Algérie, premier garage franchisé Euro Repar Car Services

Date:

« Nous avons reçu plus de 1000 entrées atelier par mois en 2017 »

Près de six mois depuis son inauguration officielle, le premier Euro Repar, l’enseigne de réparation multi-marques du groupe PSA, ne réceptionne toujours pas les véhicules des autres marques – seuls les véhicules de marque Peugeot se présentent -, croit -on savoir auprès de M. Mohamed Talha, directeur gérant de l’Etablissement du même patronyme, agent de Peugeot Algérie, depuis 1998.

Pas de bilan, sur les six mois qui vient de s’écouler, soutient notre interlocuteur, qui nous a accueilli chaleureusement, dès la première heure du matin et nous a ouvert les portes de ses trois différents ateliers, qui animent l’essentiel de l’activité de ce grand site de plus de 3500 m². Le site Euro Repar Car Services est opérationnel, mais ne connaît pas encore les rythmes qu’il devrait avoir, cependant, Mohamed Talha, qui supervise toutes les opérations, en sa qualité d’homme de terrain, reste optimiste quant à son décollage avant la fin de l’année 2018. En attendant, M. Talha prospecte et travaille pour étendre son maillage, en se dotant d’autres ateliers Euro Repar afin d’assurer une large couverture. Reportage.

Quelle est l’histoire de votre entreprise, comment êtes-vous arrivé dans le secteur automobile, la PDR et, depuis peu, êtes-vous devenu premier agent franchisé Euro Repar ?

Nous sommes agent Peugeot depuis 1998 dans la commune d’Eucalyptus et nous avons été agréés, au début, en tant qu’agent après-vente, en raison de notre expérience. En effet, avant cela, nous étions garagistes, mon grand-oncle ayant été le fondateur d’un des premiers ateliers mécaniques, de notre entreprise familiale. Et puis nous, « la relève », avons fait évoluer l’activité sur ce site de 3000 m², qui regroupe trois métiers, la vente automobile, la distribution de la pièce de rechange et la réparation automobile via trois ateliers : le service rapide, l’atelier mécanique qui se décline en trois compartiments, pour des réparations de moyenne et haute technicité et un autre atelier de carrosserie, qui inclut un laboratoire de préparation de peinture.

Qu’en est -il de l’activité automobile, et quel a été son impact sur l’actualité après-vente ?

Comme vous le voyez, nous sommes un garage officiel de Peugeot, en notre qualité d’agent, nous abritons sous la même enseigne les trois activités et nous comptons, sur ce site, 80 employés. Malgré l’arrêt de l’activité vente de véhicules neufs, et en attendant la mise en place et la production de l’usine de Peugeot -Algérie prévue pour 2019, nous n’avons effectué aucun licenciement, et nous sommes concentrés sur le business après-vente, nous nous sommes organisés en conséquence. Et quand Peugeot Algérie a souhaité lancer son concept Euro Repar Car Services, en Algérie, nous avons été les premiers preneurs. Donc, le premier garage à être franchisé.

Le business SAV, ne suffisait-il pas ? Pourquoi Euro Repar ?

Avec la vente de VN, notre business après-vente se portait bien, les rotations dans le cadre de la garantie du service rapide, étaient importantes jusqu’à fin 2017, année durant laquelle nous avons enregistré un peu plus de 1 000 entrées par mois. Avec en plus les réparations lourdes, nous avons atteint, sans peine, les 12 000 entrée en atelier.

C‘est un chiffre important, qui sont vont clients ?

Nous avons deux catégories de clients, les particuliers et les flottes d’entreprises, qui sont les grands comptes, dans un rapport de 50/50.

Des clients viennent de partout en raison de la confiance qu’ils ont placée en nous. C’est ainsi que nous avons amplifié nos capacités d’accueil, en nous dotant d’équipements de garage importants, comme une quinzaine de ponts. Ce qui a été à notre avantage, car nous avons pu nous concentrer sur cœur de notre métier que nous aimons, et c’est ce qui nous a sauvés de la crise du véhicule neuf, qui nous a fait défaut. Nous souffrons moins que nos concurrents.

Qu‘en sera-t-il pour 2018 ?

Au rythme actuel des choses, nous attendons une baisse de plus 30 %, due essentiellement au manque d’activité de vente en véhicules neufs. Mais nous espérions compenser cela avec la nouvelle enseigne d’Euro Repar.

Pourquoi espériez-vous plus et, de plus, avoir investi dans une franchise, alors que vous disposez déjà d’un grand atelier SAV dédié à Peugeot ?

Pour le premier garage Euro Repar, nous l’avons installé à proximité de la concession Peugeot, qui vient en prolongement du service rapide de la marque Peugeot, qui accueille exclusivement les véhicule de moins de trois ans, encore sous la garantie constructeur. En revanche, le garage Euro Repar accueillera des véhicules hors garantie et qui ont plus de trois ans d’âge. En outre, le concept atelier Euro Repar nous permettra de prendre en charge les réparations de toutes les marques confondues existantes sur le marché, et cela se fera, dès que la pièce multimarque, sera disponible chez Peugeot Algérie, notre fournisseur principal et garant pour ses ateliers. Aujourd’hui, le marché de la réparation par des professionnels, comme Euro Repar est vierge. C’est une aubaine pour le marché algérien qui est demandeur d’ateliers professionnels, les automobilistes peinent à bien faire réparer leur véhicule avec un bon rapport qualité et prix.

Pourriez-vous nous fournir un petit bilan sur les six mois qui viennent de s’écouler depuis le lancement d’Euro Repar ?

Je pense qu’il est trop tôt pour dresser un bilan Pas sur les six mois qui viennent de s’écouler, le site Euro Repar est opérationnel mais ne connaît pas encore les rythmes qu’il devrait avoir, mais, je reste optimiste quant à son décolage, avant la fin de l’année 2018, dès que Peugeot nous fournira la pièce nécessaire. En attendant, nous sommes en train de prospecter pour étendre notre maillage en nous dotant d’autres ateliers Euro Repar, afin d’assurer une large couverture.

Pourquoi avoir investi dans une nouvelle franchise de réparations sachant qu’il y a une baisse de l’activité vente et après-vente de Peugeot ?

La baisse est conjoncturelle, et, avec le lancement du projet de l‘usine Peugeot en Algérie, notre activité en tant qu’agent 3S redécollera de nouveau, à quelle proportion, je ne peux pas le préconiser. Mais il faut faire la différence avec nos ateliers Peugeot, où nous recevons les clients de véhicules sous garantie, où il faut placer des pièces d’origine au label du constructeur, ce qui présente un coût élevé pour un véhicule hors garantie.

C’est pour cette raison qu’Euro Repar est la meilleure alternative pour capter et réparer les véhicules hors garantie avec des prix abordables et toute la qualité de service d’un professionnel sous l’égide d’une enseigne internationale, qui a, aussi, toute latitude pour contrôler les prix que nous pratiquons et la traçabilité des pièces. C’est une garantie pour le consommateur final, l’automobiliste.

Vous évoquez le fait que l’activité peine à se développer du fait du manque de pièces, pourtant, je crois savoir que dans une des entreprises familiales, vous comptez une société de distribution. Pourquoi n’utilisez- vous pas vos pièces ?

Peugeot Algérie s’organise et nous attendons les pièces labellisées pour Euro Repar afin de pouvoir accueillir d’autre marques automobiles dans nos ateliers. Mais pour l’instant, nous ne réceptionnons que les véhicules de la marque Peugeot dont l’âge est supérieur à cinq ans dans notre atelier Euro Repar.

Au lancement Peugeot avait annoncé le lancement d’environ 100 points de réparation, qu’en est-il aujourd’hui ? Est-ce difficile de les atteindre ?

Le démarrage est un peu difficile comme pour toute activité nouvelle.

En ce qui concerne les exigences du cahier de charge, Euro Repar n’a pas vraiment montré la barre très haut. Il suffit d’être du métier, de l’aimer et de disposer d’une superficie pouvant accueillir deux ponts et pouvoir s’approvisionner chaque mois à hauteur de 500 000 DA en pièces pour démarrer. Comme je vous l’ai dit, 6 mois, c’est un peu court pour se prononcer

Propos recueillis par Karima Alilatene

Hervé Daigueperce
Hervé Daiguepercehttps://www.algerie-rechange.com
Rédacteur en chef d'Algérie Rechange, de Rechange Maroc, de Tunisie Rechange et de Rechange Maghreb.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img
spot_img

Articles similaires
Related

Automotive Academy s’ancre dans le paysage de la formation professionnelle

Avec le retour de l’importation de véhicules de plusieurs...

EQUIP AUTO ALGER : C’est parti !

Suite à une modification de planning de la SAFEX...

SIVEHA, nouveau salon de l’auto à ORAN

1ère édition du salon des véhicules thermiques, électriques et...

30 demandes d’installation d’usines reçues !

Selon APS, Algérie Presse Service, que nous citons intégralement :« Trente...