Régis Serrano, senior vice president sales division aftermarket, MS Motorservice International GMBH

Régis Serrano, senior vice president sales division aftermarket, MS Motorservice International GMBH

« Nous envisageons un boost de la digitalisation des contacts »

Régis Serrano ayant, depuis notre entretien dans Algérie Rechange, pris des fonctions beaucoup plus élargies au niveau monde, nous lui avons demandé de nous répondre, en quelques points, sur le marché de l’aftermarket en général. En voici un aperçu particulièrement évocateur.

Quel regard portez-vous sur l’évolution de la rechange, de l’après-vente automobile, de votre profession sur les 5 dernières années ?

Quelques paramètres restent constants :

• L’internalisation des parcs roulants sur la quasi-totalité des pays

• L’augmentation des nouvelles références pour couvrir les besoins en réparation

• Le besoin en qualifications techniques chez les réparateurs

D’autres sont plus récents :

• La transparence due à Internet

•Les multiplications des offres de pièces par des acteurs dont les offres ne sont pas toujours clairement identifiés

• La consolidation des distributeurs

• La pression sur les prix et de facto la pertinence de la distribution traditionnelle multicouches (Distributeurs nationaux, régionaux, locaux…) dans certains pays

•L’instabilité économique durable, (taux de change, rareté devises…) dans les principaux pays émergents (pour la réparation)

•Et bien sûr l’effet COVID, pas toujours si négatif d’ailleurs pour le monde de la réparation. 

Comment votre entreprise a-t-elle évolué pendant cette période (croissance, plus d’équipementiers référencés, diversification, nouvelle plateforme, nouvelles manières de travailler, achats, formations…) ?

Pour la division Aftermarket de Rheinmetal,  la période a été marquée par :

• Une croissance générale sur les 5 dernières années. Récupération de 2e trimestre 2020 sur les 3e et 4e trimestres.

• Une absence de voyages et de rencontres face to face partiellement remplacés par les conférences téléphoniques et ou webcams…

• Des trainings en mode digital. 

Comment voyez-vous la rechange dans les 5 ans à venir, dans l’avenir ? (Nouvelles technos dans les ateliers, digitalisation, nouveaux fournisseurs, importation des voitures, renouveau des réseaux constructeurs …)

Dans la continuité de 2020, nous envisageons un boost de la digitalisation des contacts, aussi bien à des fins de négociations et de formations…pour les acteurs équipés ! L’acquisition de nouveaux clients et ou marché restera pour un certain temps du domaine du contact humain et ou de l’utilisation de présence locale ! Le marché de l’aftermarket en général devrait rester florissant du fait du vieillissement du parc par réduction de l’achat de véhicules neufs, augmentation de la petite voiture et de la micro mobilité (e-bike), par crainte des transports publics (même si l’effet home office compense en partie, mais là aussi limite en fonction des pays…et des mentalités !)

Quels sont vos projets à court et moyen terme ?

Création de modules e-training pour nos produits de niche pièces moteur, profondeur de gamme pour les groupes de produits existants. Développement de notre présence physique locale sur certains marchés.

Propos recueillis par Hervé DaiguepercE

Réagir

Your email address will not be published.