Mme Hiba Masta, Bosch « Chaque type de service ou d’intervention nécessite des équipements et de l’outillage bien spécifique »

Mme Hiba Masta, Bosch « Chaque type de service ou d’intervention nécessite des équipements et de l’outillage bien spécifique »

Leader mondial de l’équipement de garage et de l’outil de diagnostic, Bosch délivre son propre point de vue sur le niveau d’équipement des ateliers en Algérie. Un niveau forcément bon, eu égard au réseau Bosch Car Service qui se multiplie sur le territoire.

Quel est le taux d’équipement des garages en Algérie ?

Les ateliers, en Algérie, sont de mieux en mieux dotés avec des équipements dont le type varie en fonction des services qui y sont offerts. En ce qui nous concerne, nous avons équipé des centaines d’ateliers à travers le territoire national, qu’il s’agisse de notre réseau de garages Bosch Car Service, des ateliers indépendants ou encore des sociétés nationales et étrangères. Nos équipements sont rassemblés autour de différentes familles de produits : le diagnostic véhicule (KTS et FSA), les équipements autour de la batterie (chargeur, chargeur démarreur de batterie, testeur), autour de la roue (démontes pneu et équilibreuses de roue), les appareils de géométrie et parallélisme de châssis, les ponts élévateurs, les stations d’entretien de climatisation, les analyseurs de gaz, les bancs d’essai diesel, les testeurs d’injecteurs Common Rail et enfin, les outillages et accessoires.

Ce taux vous paraît-il suffisant pour réaliser toutes les interventions sur les véhicules ?

Les équipements existants dans nos ateliers sont à la pointe de la technologie, en particulier ceux dédiés au diagnostic véhicule et ses composants (scanner auto, appareil de géométrie de châssis, testeurs des composants diesel, etc…)

Mais les ateliers ont-ils tous les équipements pour réaliser toutes les interventions ?

Les réparateurs, de nos jours, se spécialisent. Nous retrouvons : l’électricien automobile, l’atelier mécanique, l’atelier d’entretien, la réparation du système climatisation, le diéséliste… En investissant dans les équipements et outillage nécessaires, les garagistes sont en mesure d’intervenir sur le véhicule dans le cadre de leur spécialisation.

Concernant les outils de diagnostic, comment les garages sont-ils équipés ?

Actuellement, la plupart des ateliers sont équipés d’un ou plusieurs scanners automobiles multimarques ou constructeurs, même ceux spécialisés dans les poids lourds. Toutefois, il existe d’autres outils de diagnostic qui aident les professionnels à approfondir leur diagnostic pour mieux comprendre et détecter les pannes, citons le FSA Bosch, par exemple. Ce dernier permet de tester différents composants du véhicule (capteurs, sondes, bobines, démarreurs, etc…), il permet même d’enregistrer et/ou de générer des signaux. Cependant, ce type d’appareil n’est pas utilisé par une grande partie des garagistes.

De quelles manières les garagistes sont-ils aidés afin de mieux s’équiper (facilités de paiement, aides ou accompagnement de recherche de fonds, micro-crédit…) ?

L’un de nos partenaires en Algérie, Djerbellou Soon Motors, est en cours de finalisation d’un accord avec une banque locale pour la mise en place d’une formule de financement en leasing avec des taux préférentiels au profit de nos clients.

D’après-vous, quel est l’équipement minimum pour bien intervenir sur tous les véhicules ?

Cela dépend de la nature de l’intervention. Chaque type de service ou d’intervention nécessite des équipements et de l’outillage spécifique, mais en général, la mise à disposition d’un appareil de diagnostic comme le KTS est toujours nécessaire.

Les garagistes locaux sont-ils portés sur la notion « d’atelier connecté » ?

Certains d’entre eux sont familiers avec le concept d’atelier connecté. D’ailleurs, nous avons effectué une présentation de ce type d’atelier avec des équipements 100 % Bosch lors d’une journée dédiée au réseau Bosch Car Service que nous avons organisée en mai 2017. Quant à la mise en place effective d’un tel atelier, il faut se doter des moyens techniques et matériels adéquats.

Quelles sont vos actualités récentes sur le marché en matière d’équipement et d’outils de diagnostic ?

En tant qu’équipementier mondial leader dans les domaines de l’équipement et de l’outil de diagnostic, nous investissons beaucoup dans l’innovation et le développement. Notre marque offre ainsi des solutions adaptées à l’évolution du véhicule à la fois dans les systèmes et les équipements liés à l’atelier. Pour les outils de diagnostic, nous nous attardons sur deux volets : le software et le hardware. Pour le premier, nous offrons chaque année 3 mises à jour du logiciel Esitronic 2.0, sous forme de DVD expédiés de l’Allemagne au nom de chaque abonné qui possède un scanner Bosch. Des mises à jour sont également disponibles en ligne, afin de compléter et d’ajouter de nouvelles applications et informations à tous nos outils de diagnostic. Pour le second, le hardware, autrement dit, les appareils eux-mêmes, nous avons récemment développé de nouvelles interfaces : les KTS 560 et 590 pour les scanners auto, un nouvel écran tactile pour le KTS 350 ou encore un nouveau testeur moteur, le FSA 740. Concernant le diagnostic et la géométrie du châssis il y a la nouvelle FWA 9000 Touchless 4D, nous avons également le testeur d’étanchéité système et circuit fermé véhicule, le SMT 300.  

Propos recueillis par Ambre Delage

Réagir

Your email address will not be published.