Marketparts, la place de marché BtoB qui monte…

Marketparts, la place de marché BtoB qui monte…

Elle progresse partout dans le monde comme si elle était attendue depuis si longtemps que distributeurs comme équipementiers ne pouvaient s’empêcher de la rejoindre. Elle, c’est Marketparts, une plateforme de pièces de rechange réservée aux distributeurs et équipementiers, qui répond aux besoins des uns des autres avec simplicité et efficacité. Tour d’horizon.

Janvier 2020, un peu plus d’un mois avant la pandémie, la start-up Marketparts sort de sa chrysalide, un bien mauvais moment pour se découvrir, pense-t-on tout d’abord, alors qu’à la réflexion, les contraintes liées à la crise, finalement, ont su révéler tous les avantages de cette plateforme d’un nouveau genre. En rendant la digitalisation vitale dans bien des domaines, la pandémie a boosté les initiatives qui permettaient de continuer à faire du commerce en toute connaissance de cause et sans se déplacer. En fait, à être mis en relation avec beaucoup plus de monde que dans son réseau professionnel de base, fût-il très riche. Mais que proposait donc Marketparts pour que les équipementiers à la suite des distributeurs y adhèrent à très grande vitesse. Ecoutons Christophe Riberolle, le président de la plateforme : « Marketparts se veut une plateforme BtoB pour les distributeurs et les équipementiers désireux d’acheter ou de vendre des pièces détachées dans des quantités qui n’ont rien à voir avec le BtoC, le panier moyen s’élevant à 30 000 euros. Elle n’est pas accessible aux garages ni au grand public et en termes d’achat/vente, on parle de palettes ou de containers, et dans 145 pays ! Le process s’avère très simple et convient aux professionnels par la liberté qu’il leur offre et également, la confidentialité quand ils la requièrent. »

Gratuit pour les acheteurs

Se rendre sur Marketparts c’est ouvrir un catalogue de 17 millions d’offres parfaitement répertoriées et référencées pour qu’il n’y ait pas d’erreur. Deux types de propositions se présentent à l’acheteur potentiel, les pièces référencées au catalogue, et les lots placés sous la catégorie outlet. L’outlet bénéficie de conditions particulières d’achats, de semaines dédiées, de promotions etc. Pour le distributeur acheteur, il lui suffit de s’inscrire pour avoir accès à toutes les offres, et il le fait gratuitement. Dès lors, il peut demander sur le moteur de recherche telle ou telle référence, ou tel ou tel ensemble de références. S’il le désire, en effet, il peut entrer 200 références d’un seul coup, et il bénéficiera en quelques minutes d’une réponse complète pouvant comprendre plusieurs vendeurs ou plusieurs propositions de prix. En une seule demande ! S’il passe commande, il est mis en relation avec les vendeurs pour les questions logistiques et douanières. Simple. Et si l’on ajoute qu’une quarantaine d’équipementiers internationaux parmi les plus grands se sont invités sur la plateforme, les distributeurs peuvent faire leur marché comme ils le veulent et souvent à bien meilleur prix qu’ailleurs, Marketparts ne prenant pas de commissions sur la vente de pièces (hors outlet qui sont des actions promotionnelles organisées par eux).

Distributeurs et équipementiers vendeurs occasionnels ou réguliers

Lorsqu’un distributeur veut écouler un stock, se débarrasser des reliquats d’une marque parce qu’il a changé de fournisseur dans une famille de produits, ou accroître sa zone de chalandise en vendant dans un autre pays, il lui suffit de s’inscrire et de s’acquitter d’un droit d’entrée de 5 000 euros. Après, il peut mettre en vente ce qu’il souhaite, et il sera contacté par les clients. C’est tout ! Pour les équipementiers qui veulent étoffer leurs ventes ou tester des marchés, la cotisation tourne autour de 15  000 euros jusqu’à 50 000 euros selon la nature de leurs besoins et des services qu’ils demandent. Là encore, Marketparts ouvre des opportunités insoupçonnées : Chaque distributeur ou équipementier qui vend des lots, par exemple, peut demander à Marketparts de s’en charger et jouir ainsi d’une confidentialité complète. De la même façon, il peut choisir de ne vendre que sur un pays ou un groupe de pays de manière à protéger un marché ou tout simplement à respecter des accords groupe etc. La liberté qu’offre la plateforme est redoutable d’efficacité, où que vous soyez, vous pouvez vous inscrire – vive la digitalisation -, acheter et vendre des stocks et même rechercher des références moins connues. Il est arrivé à Marketparts de rechercher des pièces qui n’étaient pas au catalogue !

Pour les équipementiers, la plateforme est vite apparue comme un outil simple et efficace pour vendre et aussi pour obtenir des informations sur les marchés. Comme le dit Christophe Riberolle, « au départ, la plateforme était surtout destinée à la vente entre distributeurs mais très vite les équipementiers ont voulu adhérer parce que la pandémie avait annulé les salons, les déplacements et qu’ils voulaient bénéficier d’un nouveau canal de vente. Mais pas seulement ! En effet, un équipementier qui veut prospecter une nouvelle zone géographique peut le faire en passant par Marketparts sans installer tout de suite une organisation commerciale dédiée. Avec 6 000 distributeurs inscrits sur la plateforme (10 000 étant l’objectif), dans 145 pays, les tests sont effectués grandeur nature ! L’équipementier peut ainsi décider du lieu où il veut vendre (l’offre ne sera visible que dans cette zone géographique) et à quel prix il veut le vendre. Comme il peut consulter les offres déjà déposées sur la plateforme, il a aussi le loisir de se positionner, de faire du Bench mark et connaître les prix en vigueur dans tel ou tel pays. » C’est ainsi, d’ailleurs que Marketparts peut aider, en ce sens que la plateforme dispose de data particulièrement fiables puisque puisées sur les offres déposées. Quelles sont les références qui sont demandées ici, à quel prix, etc… qu’est-ce qui est recherché ? La plateforme est un grand livre ouvert…

Un entrepôt virtuel pour tous

D’ici à la fin de l’année, Christophe Riberolle s’attend à voir quelque 20 000 000 d’offres sur la plateforme, un objectif très réalisable au vu de la progression observée jusqu’à maintenant. Un panel très riche qui séduit de plus en plus de distributeurs : « Marketparts est un grand entrepôt virtuel dans lequel le distributeur peut consulter le catalogue, la disponibilité et les prix. C’est très important parce que la période que nous vivons a vu des ruptures de stock, des problèmes avec tel ou tel fournisseur et les distributeurs ont perdu des ventes. En utilisant Marketparts, ils ont pu se dépanner – parfois à moins cher – sur les références de l’équipementier qu’ils représentent ou chez un autre. Dans d’autres cas, les distributeurs utilisent la plateforme pour obtenir des pièces qu’ils n’arrivent pas à obtenir dans leur pays. » Le commerce n’a pas de frontières comme le prouvent les pourcentages de ventes à l’export : « la plupart des ventes se font d’un pays à l’autre, distributeurs comme équipementiers peuvent se mettre à l’export sans risque ».  Et surtout pour les acheteurs, la disponibilité est assurée, c’est cela qui est important ! Marketparts a de beaux jours devant lui.

Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.