Les distributeurs exportateurs face à Equip Auto

Les distributeurs exportateurs face à Equip Auto

Comment voient-ils Equip Auto Alger ? Ceux qui, depuis des années, rassemblent des gammes et proposent produits et services en Algérie, et ont été parmi les premiers à plébisciter le salon algérien. État des lieux.

Automotor : plus proche des MRA

Présent sur le marché algérien depuis l’ouverture aux marchés publics, Automotor est également un fidèle du salon Equip Auto Algérie. Cette année, l’équipementier profite de sa présence pour annoncer officiellement l’ouverture d’un bureau à Alger.

« Pour nous, Equip Auto est un rendez-vous annuel avec le marché algérien. Il s’agit du principal moment où nous pouvons être en vis à vis avec tous nos clients et les réparateurs », commence Sylvain Abergel, Directeur commercial Afrique, Proche-Orient, Turquie, Royaume-Uni et Benelux. Désormais pourtant, cette « communion », Automotor ne l’aura plus seulement annuellement. En effet, sa présence sur le salon Equip Auto est l’occasion d’officialiser l’ouverture d’un bureau à Alger et donc, d’une présence continue assurée par Zoubir Belkhiter. Sa mission ? « Elle sera de diffuser la bonne parole d’Automotor auprès des MRA », explique Sylvain Abergel. En d’autres termes, d’assurer une présence terrain directe entre Automotor et ses marques AF et Lautrette et les réparateurs… Equip Auto Algérie étant le premier salon de l’année, l’équipementier va donc profiter du moment pour tester le discours de son tout nouveau représentant local autour de 4 sessions de formation et de questions-réponses. Et pour motiver davantage encore les MRA à prêter une oreille attentive à Automotor, ce dernier organise, durant 6 mois, un concours dont l’enjeu est le petit pèlerinage à La Mecque pour deux personnes. Motivant, forcément.

Côté produits, Equip Auto est aussi pour Automotor l’occasion de rappeler son partenariat, depuis plus d’un an, avec TecDoc. Un partenariat qui met en avant aujourd’hui 4 nouvelles familles de produits, avec une préférence pour la boucle thermique, qui seront développés en avant première sur le marché algérien. « Equip Auto est pour nous synonyme de convivialité et de communion avec les professionnels de la réparation. Le salon nous permet de voir tout le monde, ce qui est impossible en temps normal tant le pays est vaste », souligne Sylvain Abergel. Des rencontres professionnelles qui se feront dans un climat particulier cette année, mais qui ne met pas Automotor sous pression pour autant. Au contraire. « Si la nouvelle loi sur l’importation paraît contraignante, cela permet aussi d’être dans la juste consommation. D’éviter les phénomènes de sur-stockage. Aujourd’hui, chaque commande passée est quasiment pré-vendue. Cela nous permet d’avoir une meilleure visibilité du marché algérien », estime Sylvain Abergel. Et de cela, l’équipementier ne va pas s’en plaindre !

Dasir, en simple visiteur !

Présent depuis deux ans sur le marché algérien, Dasir renonce pourtant cette année à exposer sur Equip Auto. En cause, une difficile percée du marché qui n’a pas motivé le distributeur à investir sur le salon.

En apprenant que Dasir ne serait pas présent cette année, sur Equip Auto Algérie, après deux années consécutives de présence, notre premier réflexe a été de penser que cela a un rapport avec les nouvelles lois à l’importation imposées par le gouvernement. Et pourtant non. Eric Avenas, son directeur commercial, l’assure : « Notre décision de ne pas exposer n’a aucun rapport de cause à effet avec ces lois ». Si Dasir sera cette année présent à Equip Auto Algérie en simple visiteur, c’est avant tout parce que le jeu n’en vaut manifestement pas la chandelle. Après deux ans de présence sur le marché, le distributeur n’est pas dans les objectifs qu’il s’était fixés. Certes, Dasir a pris du contact sur place. Certes, il a su s’accorder l’oreille attentive de certains distributeurs. Insuffisant.

Au point d’ailleurs que le distributeur français envisage d’ores et déjà, en Algérie, de redistribuer les cartes : « Nous avons un agent sur le marché local depuis 2 ans, et nous nous demandons aujourd’hui si cela est vraiment nécessaire. Si cela justifie les charges que cela représente. Au final, nous devons surtout amortir les frais que nous avons sur l’Algérie », explique à regrets Eric Avenas. Une redistribution des cartes qui se fait dans un contexte particulier au niveau des importations. « De mon point de vue, précise Eric Avenas, les deux lois sur l’importation entrées en application en octobre 2017 puis au 1er janvier 2018 ont surtout été très soudaines, au point d’ailleurs que même les chambres de commerce sont dans le flou. Ces lois compliquent les choses mais auront sans doute du bon pour l’économie locale ». En attendant, Dasir fera tout de même une incursion sur le salon, mais en simple visiteur, cette fois.

Tradex : Assoit sa présence en Algérie

Créée il y a à peine 5 ans, la société Tradex France a rapidement su faire sa place sur le marché algérien. Son credo : être partout avec une gamme complète de produits de rechange allant de la batterie aux amortisseurs. Au point d’envisager, très vite, de se lancer dans la production locale. Le point avec Anouar-Salim Douadi, son directeur général.

Pourquoi participez-vous au salon Equip Auto Algérie ?

Pour mettre en avant la marque Tradex qui existe depuis 5 ans et est très bien représentée sur le marché algérien avec une douzaine de gammes de produits. Nous nous appuyons également sur la confiance de nos clients car nous avons toujours fourni des pièces de qualité avec des prix très compétitifs. De fait, sur Equip Auto, nous aurons une forte présence avec un stand dédié uniquement à la marque Tradex, ainsi qu’avec des animations commerciales qui seront menées conjointement avec Douadi Automotive.

Qu’attendez-vous de votre participation ?

J’attends une concrétisation de la reconnaissance de notre marque… Nous voulons montrer que nous sommes là pour durer et accompagner nos clients distributeurs dans leur développement.

Quelles sont vos actualités « coup de cœur » sur le salon ?

Notre principale nouveauté réside dans un développement très important de notre gamme d’amortisseurs. Nous avons ainsi plus de 200 références au catalogue. Nous présentons aussi de nouvelles plaquettes de frein, d’alternateurs-démarreurs… Des produits qui seront présentés sur Equip Auto et qui seront commercialisés dans la foulée du salon, sur le marché algérien.

Quelle importance le salon revêt-il pour vous ?

A nos yeux, le marché algérien est un marché stratégique et Equip Auto est sans doute l’une des plus belles vitrines pour tous les professionnels de la rechange. C’est également un lieu de rencontres exceptionnel pour recueillir les feedbacks de tous ces professionnels.

Quel regard portez-vous sur les nouvelles lois à l’importation ?

Nous respectons, bien sûr, les décisions prises par le gouvernement algérien. Mais nous pensons aussi que malgré des débuts difficiles, ces lois devraient entrainer beaucoup de choses positives comme le fait de concentrer les activités, ou encore de permettre aux meilleurs de rester sur le marché, tout simplement.

Ces lois ont aussi pour finalité de valoriser l’industrialisation locale. Est-ce un axe sur lequel vous travaillez ?

Oui, bien sûr. Il est encore un peu tôt pour vous dire avec quel partenaire et sur quels types de produits nous envisageons de créer une production locale de pièces de rechange automobiles, mais cela devrait être réalisé pour le 1er semestre 2018. 

Ambre Delage

Réagir

Your email address will not be published.