Delphi lance le système hybride léger 48 volts

Le système hybride léger 48 volts de Delphi permet une électrification intelligente des véhicules, grâce à la l’adaptation de l’architecture qui permet de  maximiser la puissance de la batterie et ainsi de décharger le moteur tout en rendant possible des systèmes avancés d’aide à la conduite.

Peut-on réduire les émissions polluantes d’un véhicule sans sacrifier la puissance, augmenter la taille du moteur ou installer un système de propulsion électrique ? La réponse est oui. Et voici comment : l’énergie habituellement perdue lors du freinage est réutilisée pour relancer le véhicule lors de l’accélération suivante. Il s’agit d’un système Stop & Start avancé, basé sur les versions 12 volts existantes de plus en plus courantes aujourd’hui. Avec le système hybride léger 48 volts de Delphi, une batterie supplémentaire est utilisée pour offrir quatre fois plus de puissance et traiter ainsi plus rapidement les données tout en réduisant la charge de travail du moteur. Avec l’arrivée prochaine de nouvelles réglementations, 2021 en Europe et 2025 aux États-Unis, un système hybride léger 48 volts permet de faire le pont entre les véhicules à propulsion conventionnelle et les véhicules hybrides ou électriques. Le système 48 volts tire parti de l’électrification pour réduire les émissions et la consommation de carburant. Cette réduction peut atteindre 15 % sur des moteurs à injection directe.1

Pas de modification côté batterie

Il n’y a rien de nouveau quant au fonctionnement des batteries. D’ailleurs Delphi ne fabrique pas les batteries. Le plus important reste l’architecture complète du véhicule. Les ingénieurs de Delphi ont conçu un système permettant d’ajouter aux plus de trois kilomètres de câblage existants dans une voiture une source de courant supplémentaire sans modifier de manière considérable l’architecture existante ni augmenter beaucoup le poids. D’ici 2025, on estime qu’une voiture vendue sur 10 dans le monde sera un hybride léger 48 volts – soit 12 millions par an, ce qui correspond à plus de trois fois le volume de pickups vendu annuellement. Ce volume de ventes pourrait faire baisser les émissions de CO2 de plus de 10 %, soit une économie de carburant de plus de 15 milliards de litres sur la durée de vie de la flotte.

Réagir

Your email address will not be published.