Autopromotec affiche sa croissance

Autopromotec affiche sa croissance

Le salon italien ou 28e biennale internationale des équipements et d’Aftermarket automobile, qui se déroulera du 22 au 26 mai prochains, à Bologne, aligne des pronostics au beau fixe. 1 062 exposants ont déjà confirmé leur venue.

En ouverture de la présentation de la nouvelle édition du salon Autopromotec de mai, Renzo Servadei, son P-dg s’est livré à deux commentaires fort éloquents. Le premier portait sur la santé du salon, nous le livrons tel quel : « Il est important de noter en préambule que chaque édition d’Autopromotec est en croissance par rapport à la précédente », un commentaire pas si anodin que cela paraisse dans une période, où la plupart des salons professionnels subissent des reculs et doivent trouver de nouveaux modèles, de nouveaux axes, voire des alliances ou des regroupements. Chez Autopromotec, le baromètre continue de monter, sans qu’il y ait eu de mouvements de fond significatifs. Pour Renzo Servadei, l’explication est peut-être à chercher du côté de la structure elle-même du salon, propriété des professionnels et des organisations professionnelles de l’équipement automobile : « Notre objectif n’est pas de gagner de l’argent mais de soutenir la profession. » Un deuxième commentaire, donc, en forme de profession de foi, à laquelle il n’hésite pas à associer Equip Auto – non pour l’actionnariat – mais pour les valeurs défendues : « Notre objectif avec Equip Auto s’avère identique, il s’agit d’aider les entreprises du secteur à croître et à faire plus de business ». Ceci étant posé, il semblerait, également, qu’Autopromotec dont la croissance externe ne semble pas une préoccupation majeure, ne se ferait pas prier pour organiser un salon au Maghreb, à condition que ce soit issu d’une volonté politique du pays et des institutions. Mais, pour l’heure, il s’agit d’en faire toujours plus sur Bologne !

Plus de place et de nouveaux circuits dans le salon

Une superficie totale de 162 000 m2, soit 4 000 m2 de plus qu’en 2017, constitue la première des bonnes nouvelles du salon, qui en profite pour reconfigurer l’espace afin de mieux identifier les catégories et surtout les parcours. Cela permet, en outre, de faire la part belle aux nouvelles tendances et technologies, dont le véhicule connecté et les nouvelles mobilités. Rassurons-nous, le cœur, le core business profite également de ces changements. En effet, grâce à l’apparition du pavillon 28 (en lieu et place d’un espace autrefois découvert), certaines familles de produits seront plus à l’aise comme le diagnostic qui s’offre un pavillon entier (le 30), soit, sans doute, l’une des plus grandes surfaces d’exposition du secteur des autres salons professionnels. Les équipements et produits de carrosserie – secteur en hausse – prendront une part du 29 en plus du 26, qu’ils avaient déjà. De même, le secteur en croissance des lubrifiants se verra offrir le pavillon 28 et une part également du 29. Un 29 bien plus grand, qui pourra accueillir aussi les rencontres BtoB. Par ailleurs, le secteur dédié aux équipements et machines destinés aux ateliers, à l’assistance en matière de pneus et aux systèmes de levage occupera une surface plus importante que par le passé, notamment dans les pavillons 19, 14 et une partie du 22. Tous les détails sont sur www.autopromotec.com

Innovations et éducation en ligne de mire

Evoquant la précédente édition, Renzo Servadei s’est arrêté sur un pourcentage, celui de 76 %, le pourcentage de visiteurs venus pour découvrir des innovations sur le salon. Un chiffre essentiel qui anime les organisateurs et les incite à multiplier les présentations. Le deuxième pourcentage porte sur le souhait de rencontrer un ou plusieurs de leurs fournisseurs, à moins de 50 %. Le constat est simple, il faut afficher les nouveautés mais aussi les expliquer. C’est pourquoi, les contenus d’IAM19 – une spécialité d’Autopromotec chère à Renzo Servadei et aux organisateurs – aura pour problématique de répondre à cette question « Tenant compte des nouvelles formes de mobilité, quel est l’avenir de la réparation automobile ? ». Pour apporter des réponses et des solutions, une pléiade de conférenciers de haut niveau se succèderont à la barre d’Autopromotec EDU, comme le cabinet MacKinsey & Company (nouveaux scénarios liés à la conduite autonome aux véhicules connectés, à l’électrification et à la mobilité partagée), l’UNRAE (Union italienne des représentants des constructeurs de véhicules étrangers) et l’ACEA (Association des constructeurs européens d’automobiles) sur le sujet de l’impact des principaux changements dans les véhicules sur le secteur de l’après-vente (nouveaux matériaux, carburants nouvelles motorisations, connectivité, nouveaux instruments etc. soit autant de formations aux nouvelles techniques de réparation). Parallèlement, Lease Europe évoquera les services qui seront demandés au secteur de la réparation, le Cecra parlera des nouveaux services que les réparateurs devront offrir aux clients. Quant à la Figiefa, Sylvia Götzen dressera un portrait de l’avenir de la distribution automobile, des enjeux de logistique, des services sur Internet, de la connectivité et de ses enjeux. Enfin, l’EGEA (fédération des équipements de garage) pointera du doigt les incidences de toutes ces mutations sur le matériel de garage, dont une exposition révélera la sophistication. En conclusion, Autopromotec semble bien armé pour dépasser encore les bons résultats de 2017, qui s’étaient traduits par une augmentation de 14 % du nombre des opérateurs professionnels (9 % de visiteurs en plus, soit 113 616 professionnels, et 4,5 % d’exposants internationaux en plus, soit 685 exposants, à ajouter aux 914 exposants italiens). Un challenge que relèvent les organisateurs !

  Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.