AISIN, déploiement spectaculaire en Aftermarket

AISIN, déploiement spectaculaire en Aftermarket

Géant japonais de l’équipement automobile, en première monte, Aisin décide d’ouvrir tous ses coffres à destination de la rechange. Une évolution stratégique façon « Sésame, ouvre-toi » devant pléthore de trésors.

Les japonais et la rechange, c’est, comment dire, une histoire compliquée, sensible et étrange à la fois. Les équipementiers japonais, en effet, le plus souvent de renommée mondiale, apparaissent comme des fournisseurs hors pair pour les constructeurs d’automobiles, à commencer, bien sûr, par les industriels nippons. Ils ne sont pas sans rappeler les allemands, qui vivent bien mieux que quiconque, les relations communes entre constructeurs et équipementiers allemands, solidaires et partenaires dans leur pays avant toute chose. N’apprend-on pas d’ailleurs, que ceux-ci vont réunir leurs ressources pour devenir leaders sur le véhicule autonome ? Au Japon, les équipementiers – systémiers sont, pour une large part, issus des constructeurs, dont ils sont les fournisseurs zélés et ce rapport a longtemps été un frein à leur arrivée en rechange. Déjà, fournir des constructeurs mondiaux a constitué une étape importante dans leur ouverture, mais fournir l’Aftermarket s’est révélé beaucoup plus délicat, une autre forme d’origami, un autre art. Aisin n’échappe pas à la règle, ainsi, cela fait trente ans, par exemple, que leurs produits sont distribués en France, et, pourtant, leurs parts de marché sont ridicules par rapport à leur portfolio et à leur offre. Ses positions sont bien meilleures au Maghreb ! Ce géant, qui se place à la sixième place des équipementiers au monde, dont Toyota possède quelque 25 % du capital, et qui entretient d’étroites relations et de participations croisées – notamment dans les nouvelles technologies avec ses pairs comme Denso, Koyo, JTekt, Sumitomo Electric, pour ne citer que ceux-ci, vient de créer le programme « Virtual Company » de manière à mettre à disposition de la rechange les produits des 14 sociétés du groupe. Une révolution pour un acteur majeur de l’équipement surtout connu pour l’embrayage ! De fait, 400 000 produits sont déjà en stock, en Europe (stock général qui approvisionne aussi le Maghreb) et 13 000 références sont disponibles (dont presque 10 000 sur TecDoc). Cela n’est qu’un début… avec derrière, 214 sociétés et 110 000 personnes œuvrant dans le monde, pour un chiffre d’affaires de plus de 31 milliards d’euros !

Un catalogue produits époustouflant

« Virtual Company » aura fort à faire, puisque le plus dur sera de mettre en ligne tous les produits qui sont fabriqués, d’autant que depuis 5 ans, date à laquelle la division web a secoué toutes les directions produits, Aisin ne se contente pas de mettre à la rechange les pièces sur lesquelles ils sont positionnés en première monte, mais aussi les autres, qu’ils fabriquent dans leurs propres usines, selon le cahier des charges des constructeurs. De la même façon, s’ils sont tellement présents en OEM chez les japonais – presque 100 % des pompes à eau de Toyota sont fabriqués par Aisin, y compris des modèles exclusifs… – ils n’en sont pas moins des fournisseurs de la plupart des constructeurs automobiles mondiaux. En rechange, l’objectif, on l’aura compris, consiste à devenir un acteur majeur avec des gammes complètes. Les grandes familles déjà connues (et dont les produits sont disponibles) sont bien sûr les systèmes d’embrayage, les pompes à eau, les systèmes de transmission, les systèmes de freinage (premier fournisseur au Japon via leur société Advics – Aisin/Denso/Sumitomo Electric – y compris en ABS et ESP), les systèmes moteur, la direction suspension, la carrosserie…. Mais revenons un peu au détail … Les principaux atouts d’AISIN sur le marché européen sont des produits de niche (tendeurs de chaîne hydraulique, boîtes de vitesse complètes et composants) et des produits brevetés (pompe à eau électrique, VVT, embrayage pour boîte automatique robotisée AMT technology…). Mais aussi sa position de leader mondial en volume sur les pompes à eau et les transmissions automatiques n’est pas à négliger ! Reste que le catalogue s’ouvre de manière pléthorique. A noter, la venue cette année de trois nouveaux produits, les moyeux de roue, les pièces de boîte de vitesse automatique (premier producteur mondial !), et les mécanismes de fermeture de porte électriques. Il nous faut mentionner également, une augmentation exponentielle des pièces de direction suspension sur les véhicules coréens et japonais, dont le nombre de références passera de plus de 100 aujourd’hui à 4 000 dans les deux ans à venir, le lancement des liquides de transmission, notamment des fluides pour boîtes de vitesses automatiques (attention, pour beaucoup de boîtes de Toyota, ne pas mettre les bons liquides s’avère très dangereux pour les boîtes), le lancement des kits de vidange (2020) etc.

Le Kit de conversion, une spécialité très intéressante

Dans la famille phare de l’embrayage, Aisin – l’un des 4 plus grands acteurs mondiaux – déploie un véritable arsenal, les kits d’embrayage, d’abord (1 355 références pour 8 760 affectations), les disques d’embrayage (626 références pour 6 388 applications), l’hydraulique, les mécanismes, les butées, les volants bi-masse, etc. Mais ce n’est pas tout, l’équipementier a lancé, également, un kit de conversion pour remplacer le volant bi-masse, 30 % moins cher que le volant d’origine mais plus « raisonnable » pour des véhicules de plus de 10 ans par exemple. Et qui ravira les gros rouleurs comme les taxis par exemple ! En clair, en plus de mettre à disposition le catalogue première monte du groupe (des trois sociétés que sont Aisin Seiki -transmissions-, Aisin AW – boîtes de vitesses automatiques-, et Advics – freinage), Aisin développe des produits spécifiques et innovants pour la rechange. Pour revenir sur la famille kit d’embrayage, Aisin couvre sur le marché français 69 % des marques japonaises, 80 % des Toyota, 75 % des marques coréennes, soit 45 % du parc total français et entend atteindre dès cette année les 50 % du parc. 

Leader mondial de la pompe à eau en volume

On le sait peu, mais c’est Aisin qui fabrique le plus de pompes à eau dans le monde ! Un atout pour la rechange puisque la marque couvre 89 % des marques japonaises, 96 % des Toyota, 94 % des coréennes et 72 % du parc total français jusqu’en 2019 ! Et avant la fin de l’année, le groupe couvrira 98 % du parc automobile asiatique français. Du côté du freinage, en se focalisant uniquement sur les plaquettes de frein, Aisin couvre 94 % de marques japonaises et 99 % de Toyota, 56 % des marques coréennes, soit en tout 92 % du parc total français, et s’est fixé comme objectif de couvrir, toutes marques confondues, 98 % du parc automobile français ! Enfin, du côté des transmissions, 66 % des marques japonaises, 77 % de Toyota et 82 % des marques coréennes sont couverts par Aisin, dont 12 % toutes marques confondues. L’objectif 2019 consiste à devenir le leader du marché français sur l’asiatique. Du travail en perspective pour l’équipe de Bérenger Léonard, patron de la rechange et son équipe, ainsi que pour les plateformes de distribution régionales françaises qui accueilleront les gammes et les ambitions d’Aisin ! Et de l’ambition, il y en a aussi pour le Maghreb et son responsable Arnaud de Patoul ! Notons que le parc au Maghreb n’est pas sans rappeler celui de la France et que les pourcentages cités de couverture de parc sont aussi valables.

Une belle présence au Maghreb !

« Les pays du Maghreb et notamment le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et, par ailleurs, la Turquie ont été identifiés comme ayant un fort potentiel par AISIN. Depuis 2017, l’ensemble de ces pays ont connu une progression importante. Aujourd’hui l’Algérie représente 7,5 % du chiffre d’affaires total d’AISIN EUROPE S.A., la Tunisie 0,66 %, le Maroc 2,15 % et la Turquie 4,79 % » annonce Bérenger Léonard avant de préciser que l’embrayage se veut la famille phare dans la région. : « La commercialisation des embrayages de gammes asiatiques est un succès important (les trois quarts des ventes concernent la famille embrayage) en Tunisie, au Maroc et en Algérie. Le système de refroidissement est la 2ème ligne de produits la plus importante, suivie par le freinage, en Algérie (9 % des volumes et 7,5 % en valeur), majoritairement grâce à l’hydraulique. Parallèlement à cela, un intérêt grandissant se fait sentir dans cette région pour la gamme de suspension lancée il y a quelques semaines seulement, et, surtout en Algérie, pour la gamme de boîte de vitesse complète et de composants de boîtes de vitesse. » Bérenger Léonard reconnaît, cependant, que les nouvelles technologies peinent à se frayer un chemin (pompes à eau électriques, fluides ATF, kits de conversions…) et que le marché de la plaquette de frein s’avère fort concurrencé. En atteste la répartition des familles actuellement, avec 70 % du chiffre réalisé en embrayage en volume, (76 % en valeur), 9 % en freinage en volume (7 % en valeur), 16 % en refroidissement en volume (8 % en valeur), 5 % en moteur en volume et en valeur. Transmission, direction suspension sont de nouvelles familles. L’objectif pour 2019, s’énonce clairement « renforcer la présence d’AISIN dans toutes les gammes de produits et notamment sur les produits captifs et faire évoluer le chiffre d’affaires de + 22 % », un objectif que ne manquera pas de regarder avec soin le distributeur officiel d’Aisin en Algérie, à savoir SOCAD ! Les répartitions sont sensiblement les mêmes au Maroc, avec l’embrayage en tête (85 % en volume, 93 % en valeur) suivi du refroidissement (11 % en volume, 5 % en valeur) puis le freinage, (4 % en volume et 2 % en valeur). Les objectifs, eux aussi, sont les mêmes, soit 22 % d’augmentation, une bonne nouvelle à transmettre à nos amis de Riapa à Casablanca. Quant à la Tunisie, prévenons la Steq que les + 22 % sont également d’actualité ! En conclusion, Aisin a vraiment décidé de prendre la place qu’il mérite en Aftermarket, les décisions du management de 2018 et les ressources mises en œuvre doivent désormais se traduire d’effets !

  Hervé Daigueperce

Réagir

Your email address will not be published.